6005

Pierre BRUNET

Christèle et Charles SAINT-MLEUX

 

 

Que vous inspire la conjoncture économique ?

D’une façon générale nous sommes confiants. Il y a cependant deux éléments qui sont de nature à impacter notre activité : notre difficulté à intégrer les dispositifs réglementaires, qui doivent souvent être appliqués rapidement, et le manque de souplesse par rapport à la mise en place de contrats de travail courts.

 

Que représente pour vous le marché de Rungis ?

Tout d’abord une grande diversité des produits, la possibilité de comparer les prix et la sensation de vivre les saisons. Ensuite l’aspect humain qui est essentiel, c’est utile de rencontrer la profession et d’échanger avec les fleuristes et les grossistes.

 

Quel doit être pour vous le rôle de la Chambre Syndicale des Fleuristes d’Île de France ?

Elle doit représenter la profession auprès des pouvoirs publics, son rôle politique est important. Elle doit rassembler les fleuristes grâce à ses actions de communication au quotidien et à la mise en place d’évènements.

 

L’apprentissage, oui ou non ?

Oui, c’est indispensable et indissociable de toute activité artisanale.

 

Comment jugez- vous le volet formation aujourd’hui ?

Concernant les fondamentaux du métier, l’enseignement est trop orienté vers des réalisations sophistiquées au détriment d’une certaine simplicité qui est importante aux yeux du consommateur. Dans un domaine connexe à la fleur, un effort devrait être fait sur le merchandising, sur la façon de mettre en scène une boutique, sur la vente additionnelle et enfin sur l’attention prêtée au client.

 

Les concours, pour ou contre ?

Pour, c’est un bon moyen de valoriser le métier et c’est bien pour les fleuristes qui aiment la compétition.

 

De votre point de vue quel visage offrira la fleuristerie dans 20 ans ?

Il y a un changement dans les comportements d’achat, les nouvelles technologies y sont pour quelque chose. Pour faire face à la mutation technologique de l’offre et de la demande, il faudra placer encore plus haut le facteur humain qui est très lié à la fleur, écouter et conseiller.

 

Avez- vous des projets ?

Oui, nous aimerions globaliser notre offre et affirmer notre identité en mettant en place, par exemple, un système de livraison écologique tel qu’un triporteur à notre image.

 

Quel est votre premier souvenir de fleur ?

Pour nous ce sont les lilas dans lesquels nous plongions nos têtes et les massifs dans les jardins de nos parents qui changeaient au fil des saisons.

 

Votre identité de fleuriste en deux mots ?

Qualité, attention, créativité et proximité.

 

Un rendez- vous amoureux ce soir… quelle fleur aimeriez- vous qu’il ou qu’elle vous offre ?

En hiver des renoncules « Hanoï » et au printemps des pivoines « Red charm ».

 

Merci Christèle, merci Charles !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur LinkedIn

Ecole

Vidéo

Actualités

Actualités

 

 

 

 

 

 

  • SERIAL FLOWER sixième épisode

 

 

 

 

 

  • SERIAL FLOWER cinquième épisode

 

 

 

 

 

  • SERIAL FLOWER quatrième épisode

 

 
  • SERIAL FLOWER Troisième épisode

Serial Flower deuxième épisode 

 

 

 

Serial Flower : premier épisode